Brèves

24/02 - Bordeaux sans ses sénégalais face à Lorient

Comme son compatriote Henri Saivet, Lamine Sané a lui aussi senti de petites douleurs après leur victoire sur Evian TG. D’ailleurs, le défenseur central de Bordeaux n’a pas pris part au décrassage d’après match que ses coéquipiers ont effectué hier. Si leur participation au match de mardi contre Lorient n’est pas compromise, Sané et ses coéquipiers de l’infirmerie vont mettre l’accent sur la récupération.

25/02 - Tir - 11e Championnat d’Afrique au Caire : Sinni Niang décroche une médaille de bronze

L’athlète sénégalaise qui participe pour la première fois à une compétition internationale n’a pas tremblé avec son arme au poing. En effet, après avoir écarté une Egyptienne, Sinni était confrontée à sa compatriote Ndèye Khar Diop. L’explication a été chaude entre les deux Sénégalaises pour l’attribution de la médaille de bronze. Mais Sinni Niang qui excelle dans la précision ne ratait pas sa cible devant la championne Ndèye Khar Diop.

C’est donc une 5ème médaille pour le Sénégal (2 argent et 3 bronze) en attendant la sortie aujourd’hui de Clément Fakhoury, Hussein Zein et Hassane Ramlaoui au skeet balltrap. 

25/02 - Football - Ligue 2 : ETICS et Renaissance, champions de la phase aller

Résultats

Poule A

Samedi 22 février 2014

Dakar Sacré-Cœur / Kawral 3-1

RS Yoff / Guédiawaye FC 0-1

ETICS / US Gorée 1-1

Dimanche 23 février 2014

CNEPS / Saloum 1-0

Poule B

Samedi 22 février 2014

Dahra / Ndiambour 1-0

ASSUR / Bargueth 0-0

Mardi 25 février 2014

Renaissance / Ndar Guedj 0-1

AS Douane / Teungueth FC 2-1

Classement : 7e journée

Poule A : 1er ETICS (14 pts +7), 2e Dakar Sacré Cœur (13 pts +3), 3e GFC (13 pts +2), 4e Gorée (9 pts +1), 5e RS Yoff (9 pts -3), 6e Saloum (6 pts -3), 7e CNEPS (6 pts -3), 8e Kawral (5 pts -3)

Poule B : 1er Renaissance (12 pts +4), 2e Bargueth (11 pts +2), 3e Douane (11 pts +4), 4e ASSUR (10 pts), 5Ndar Guedj (8 pts), 6e Dahra (7 pts pts -2), 7e TFC (5 pts -4), 8e Ndiambour (5 pts -4)

 

03/03 - Tournoi International de Judo de Saint-Louis : Le Sénégal rafle la mise

Huit médailles d’or sur les 14 qui étaient en compétition ! C’est la razzia du Sénégal lors de la 16ème édition du tournoi international de Judo de Saint-Louis qui s’est achevé hier, dimanche 2 mars 2014, au complexe Didier Marie de Saint-Louis.


El Hadji Aboubacar Diallo, Omar Faye, Omar Ndong, Yacine Sané, Aby Ndiaye, Moussa Diop, Cheikh Tidiane Gaye, Moustapha Diaby, n’ont laissé aucune chance à leurs adversaires dans les différentes finales. Sur les neuf finales en cadets et seniors, le Sénégal n’a perdu qu’une seule.

Notre pays a été la meilleure délégation qui a eu plus de médailles. Même si, il y avait sept délégations sénégalaises dans ce premier tournoi post–Mbaye Boye Fall dont l’ombre a plané sur la 16ème édition.
A noter qu’en plus du Sénégal, il y a avait le Mali, la Mauritanie, le Burkina Faso, la Guinée et l’Italie qui ont pris part à cette présente édition.

Cerise sur le gâteau, le Sénégal a aussi décroché les titres des meilleurs combattants aussi bien chez les hommes que chez les dames. Chez les Hommes, c’est El Hadj Aboubacar Diallo de l’Amajelo qui a été élu meilleur combattant. Chez la Dames, le titre est revenu à Khadija Sarr.

Témoignages et émotions

 Il y avait de l’émotion ce week-end au Complexe sportif Didier Marie de Saint-Louis qui a abrité la 16ème édition du tournoi international de la ville tricentenaire. La première après le décès de son promoteur, Ababacar Fall dit Mbaye Boye.

En plus d’une pluie de témoignages sur l’œuvre de l’homme dont l’intégrité et la fidélité en amitié ont été magnifiées, des larmes ont perturbé la cérémonie d’ouverture samedi. Et ce ne sont pas seulement les enfants de Mbaye Boye qui ont fondu en larmes à chaque fois que le nom de leur père a été cité ou ses qualités relevées, les autorités aussi n’étaient en reste.  Et si c’est le maître de cérémonie qui craque, on peut facilement imaginer la suite.

Le journaliste Alioune Badara Diagne «Golbert» n’a pas pu se retenir quand il a évoqué ses relations avec Feu Mbaye Boye. «En 1988, il m’avait pris tel son fils pour me montrer le chemin à suivre. C’est un digne fils du Sénégal et un digne enfant de Saint-Louis», confie les larmes aux yeux, Alioune Badara Diagne dit «Golbert».

S’adressant aux saint-louisiens, il leur demande de pérenniser l’œuvre de Mbaye Boye Fall, et de faire de ce tournoi leur "propre affaire". Le ministre de la Communication et maire de Saint-Louis a indiqué que «Mbaye Boye incarnait à lui tout seul, la ville de Saint-Louis" et qu' "il était disposé et engagé. Un homme très fidèle en amitié»,  L’édile de la ville de Saint-Louis, d’ajouter : «il nous a laissé un héritage, quelque chose d’extraordinaire et le minimum qu’on peut faire nous qui sommes à la mairie, c’est d’assurer la promotion de notre ville et dans tous les domaines. Et dans le judo particulièrement, il a balisé le chemin et la mairie ne fera que poursuivre son œuvre».

Le frère de Mbaye Boye a demandé aux autorités d’appuyer sa famille à pérenniser l’œuvre de son grand-frère. Une doléance qui n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. «Nous avons avec les membres du comité olympique, discuté de l’importance qu’il faut accorder à ce tournoi et ferons en sorte que la flamme ne s’éteigne pas après Mbaye Boye», a déclaré le ministre des Sports, Mbagnick Ndiaye qui entretenait de bons rapports avec le défunt.
Dans ses témoignages, le ministre des Sports n’a pas non plus pu retenir ses larmes.

AMDY RABY FALL, FILS DE MBAYE BOY FALL - «Devenir champion du monde pour mon père»

 Des enfants de Ababacar Fall dit Mbaye Boye, il est celui qui est considéré comme le digne héritier de son père. Amdy Raby Fall est aussi aujourd’hui le seul enfant du promoteur du tournoi international de Saint-Louis a pratiqué cette discipline avec passion dans le haut niveau. Plusieurs fois champion du Sénégal, vice-champion d’Afrique et dernièrement champion aux Jeux de la Francophonie l’an dernier à Nice, Amdy Raby Fall vise le titre mondial pour dit-il réaliser le «rêve» de son père. «Il voulait me voir champion du monde», a-t-il confié.

«Je me battrais pour le satisfaire. Il a toujours voulu que je devienne champion. Inch Allah, je me battrais pour réaliser son rêve. C'est-à-dire devenir un champion du monde de judo et champion d’Afrique. Je sais que c’est un titre qui lui ferait plaisir. Même celui de vice-champion du monde, ne sera pas mal», a déclaré avec enthousiasme Amdy Raby Fall.
Pour y arriver, Mbaye Boye n’avait pas lésiné sur les moyens afin de permettre à son fils de côtoyer les meilleurs. D’où ses séjours en Algérie, en Italie, mais aussi en Asie notamment au Japon. Sur le premier tournoi organisé après le décès de son père, Amdy Raby Fall  se confie : «Je peux dire que mon père est encore là. Ce sera ainsi tant que le tournoi va exister. Je veux le voir se poursuivre. Pour ce faire, il faut lutter contre toutes les personnes assez méchantes. Tout ce que mon père a obtenu, c’est à la sueur de son front. Il a laissé ici une famille. Les gens ne devraient pas être jaloux de ça».

Et d’ajouter : «le fait qu’on me dise fils de Mbaye Boye est un héritage. Il est lourd, mais il est très motivant. Nous n’avons plus le droit de croiser les bras. On doit se battre davantage pour assurer la relève».

SOULEYMANE BOUNE DAOUDA DIOP, DHC - «Mbaye Boye sera mort quand le tournoi n'existera plus»

«Mbaye Boye a disparu. Mais, il ne sera mort quand le tournoi n’existera plus», a soutenu Souleymane Boune Daouda Diop, directeur de la haute compétition par ailleurs directeur technique du tournoi international de judo de Saint-Louis.
Par conséquent, ajoute-t-il «nous devons tout faire pour garder ce tournoi là à la mémoire de Mbaye Boye. C’est un héritage qu’il a laissé à Saint-Louis à au judo. Il nous appartient de le préserver».

Revenant sur l’organisation du tournoi M. Diop confie : «Nous avons un sentiment mitigé, mêlé de joie et de tristesse. Nous sommes tristes parce que nous venons d’organiser le tournoi sans Mbaye Boye qui était le père-fondateur. Il remplissait la salle à lui tout seul. Il était partout à la fois. Quand une telle personnalité vous manque, vous êtes forcément tristes».

«Nous avons aussi un sentiment de joie, parce qu’il n’était pas facile de l’organiser sans Mbaye Boye. Ceci a été réussi grâce à la conjugaison des efforts entre la ville de Saint-Louis et le ministère des Sports», relève-t-il.

Satisfaction technique

Si du côté de la mobilisation, ce n’était pas un grand rush comme ce fut le cas lors des précédentes éditions, Souleymane Boune Daouda Diop note tout de même une grosse satisfaction au niveau technique. Ce, souligne-t-il «grâce à l’équipe nationale qui s’est surpassée. Elle a remporté huit médailles d’or sur les 14 qui étaient en compétition». C’est pourquoi, il a lancé un appel à l’unisson. «Conjuguons nos forces. Oublions nos querelles crypto-personnelles pour l’essentiel : c'est-à-dire, le développement et la promotion du judo. Dans deux, trois ans, cette équipe nationale va nous vouloir beaucoup de satisfaction», souligne le DHC, qui n’a pas manqué de relever la perte de vitesse du judo sénégalais en Afrique. «Nous sommes dans le creux de la vague. Nous sommes dominés par le Maghreb. Pis, nous sommes rejoints par d’autres pays d’Afrique noire. Je voudrais qu’on aide cette équipe nationale à s’améliorer et revenir au niveau du Maghreb», dira-t-il.

A noter que de quinze pays l’année dernière, le tournoi n’a enregistré que la participation de sept pays. Ce qui se comprend selon M. Diop. «C’est Mbaye Boye qui prenait son téléphone et qui appelait tout le monde», argue-t-il.

La ville de Saint-Louis appelée à suppléer Mbaye Boye

«Il faudrait que la ville de Saint-Louis puisse suppléer Mbaye Boye. S’il n’y a pas l’implication des autorités de la ville, le tournoi va perdre son caractère international. Ce qui a fait la popularité de cette présente édition, c’est la présence de tous les clubs. Malheureusement, la participation internationale a baissé presque de la moitié», a indiqué Souleymane Boune Daouda Diop.

03/03 - Mbour : Luc Nicolaï immole un bœuf noir et 2 chèvres au quai de pêche...

Le sabador en moins, Luc Nicolaï s’est payé une balade à travers les rues de Mbour, jeudi. L’horloge affiche 16 heures. Mbour boude brutalement au plaisir d’une sieste réparatrice pour ne pas se faire raconter les premiers pas du promoteur mbourois, après sa liberté conditionnelle dans l’affaire du Lamantin Beach. Tee-shirt blanc, jean bleu, Luc Nicolaï, flanqué de ses gardes du corps, marche d’un pas pressé, serrant des pinces par-ci, saluant du bras par-là des personnes au pas de leur porte. 

Mais, cette marche n’avait rien de festif. Au pas de course, tout ce beau monde s’est retrouvé sur un terrain aux environ du Quai de Pêche de Mbour pour immoler un bœuf noir et deux chèvres. Sous les yeux de Luc Nicolaï, ses hommes ont égorgé le bœuf noir et les deux chèvres. L’on signale que ce sacrifice est lié aux déboires qu’il a eus dernièrement. 

04/03 - Sénégal - Mali: Echos de la Tanière

18 Lions ont participé, Sadio Mané, Kara Mbodji, Cheikhou Kouyaté et Idrissa Gana Guèye ayant été ménagés «pour avoir joué la veille», a expliqué le sélectionneur national à la fin de la séance d’entraînement. Après quelques tours de piste sous la direction du préparateur physique, les Lions, divisés en deux groupes, ont fait un travail technique avec le ballon, basé sur des passes redoublées. Pendant ce temps, les trois gardiens de but, Bouna Coundoul, Cheikh Tidiane Ndiaye et le petit dernier Lys Gomis, trimaien sous les ordres de Sidate Sarr, leur entraîneur. Au bout de quelque 40 minutes, Alain Giresse rappelle tout son monde pour un travail devant les buts. A ce jeu, les trois gardiens de but ont encore été soumis à rude épreuve, les tirs, parfois à bout portant, pleuvant sur eux. Sous ce registre, Mame Biram, Moussa Sow et Papiss Cissé n’ont pas été les plus tendres pour Bouna Coundoul et compagnie. A la fin de la séance quelques instants après, les trois portiers, enduits de terre boueuse, ont reçu les quolibets de leurs coéquipiers. C’est dans cette bonne humeur que les Lions ont regagné leur bus garé à l’entrée du stade. Rendez-vous était pris pour ce mardi, à la même heure, en espérant que le terrain sera moins boueux pour permettre à Alain Giresse de procéder à la mise en place en vue du derby amical contre les Aigles du Mali.

Froid de canard
«L’hiver le moins froid depuis plusieurs années». Comme une ironie pour les Sénégalais, pauvres Sahéliens, présents actuellement à Paris pour le match des Lions ce mercredi contre les Aigles du Mali. Et qui souffrent terriblement des 7° qu’il fait actuellement dans la capitale française. Abdoulaye Sow, président de la Ligue amateur de football, ne démentira pas. Et il n’est pas le seul.

Ville fantôme
En hauteur, non loin de Goussainville où les Lions s’entraînent en vue de leur match contre le Mali, se trouve une… ville fantôme. Située sur l’emprise de l’aéroport Charles de Gaulle, cette ville a été rachetée par la société Aéroports de France qui a dédommagé tous les habitants qui ont été priés d’aller habiter ailleurs. Conséquence, les bâtiments, maisons, église, marché, école… sont là inoccupés. Renseignements pris, l’aéroport ne voulait pas indemniser périodiquement les habitants.

Réunion technique
Hier lundi, une délégation de la FSF conduite par Amadou Kane, 4ème viceprésident de l’instance fédérale, a rencontré les fédéraux maliens pour une réunion technique. Au menu, faire le point à 48 heures du match amical. Une visite au stade prévue ce mardi avec une délégation mixte sénégalo-malienne.

Hôtel Novotel
Voisins géographiques dans l’espace ouest-africain, Lions du Sénégal et Aigles du Mali le sont également à Paris. Les premiers logent à l’hôtel Mercure de Roissy-en-France tandis que les seconds ont élu domicile à l’hôtel Novotel à quelques jets de pierre de là. Mais, comme ce n’est qu’un match amical, le bon voisinage prévaut et les deux délégations se rendent visite mutuellement.

Joe Kamga
Maître d’oeuvre du dernier match amical que les Lions ont livré à Paris, en août dernier contre les Chipolopolo de la Zambie, Joe Kamga remet ça. Le jeune match-maker belge d’origine camerounaise, patron du cabinet Onegoal Pro, est l’organisateur du Sénégal / Mali de ce mercredi.

04/03 - Sénégal - Mali, 5 mars à Paris: Giresse - Kasperczak, meme combat

C’est une claque technique qui s’impose à Alain Giresse et Henryk Kasperczak. Il va falloir sortir la grosse artillerie pour s’en sortir, dans une rencontre certes considérée comme une évaluation, mais qui sera  chargée d’enjeu pour les deux managers. Après un match héroïque face à la Côte d’Ivoire, lors de la manche retour des barrages du mondial 2014, une erreur ne sera pas autorisée aux poulains de Giresse, surtout face au Mali qui n’a pas atteint ce stade des compétitions. Un succès sera donc impératif  pour  le manager français, pour marquer son territoire d’entrée dans la deuxième partie de son contrat. Mais les conjonctures indiquent qu’Alain Giresse n’a pas tous les moyens de son argument. Il devra faire avec un groupe pas totalement au mieux de sa forme, avec la méforme de Papis Cissé et de Demba Ba, les deux buteurs spécifiques qui n’ont plus leurs jambes de titulaires. Giresse peut se frotter les mains de retrouver Moussa Sow qui a repris le chemin des terrains samedi dernier en Super Lig turc. L’ancien meilleur buteur de la Ligue 1, avec 23 buts, qui a joué  68 minutes, ce weekend avec Fenerbahçe, pourrait  être un atout pour l’attaque sénégalaise.

Henry Kasperczak a aussi ses éclopés

Tout comme Giresse, la tâche ne sera pas du tout aisée pour  son homologue «malien» Henryk Kasperczak. Croiser le Sénégal pour un baptême de feu donne visiblement l’insomnie au manager polonais, avec une cascade de blessés,  au total 4 en défense. Après le cadre Mamadou Nianga, Kasperczak va faire sans le défenseur brestois Ousmane Coulibaly, sorti sur blessure contre Laval. Plus embêtant, les défenseurs Idrissa Coulibaly du Raja Casablanca (Maroc) et Salif Coulibaly du TP Mazembé (RD Congo) sont aussi forfaits. A en croire le site malien Malifootball.com, ces deux joueurs auraient des difficultés administratives pour l’obtention du  visa.

A côté de ces blessures, Kasperczak doit gérer les revenants.  Parmi eux, le milieu de terrain, Bakaye Traoré qui avait claqué la porte de sélection, suite à un différend avec le staff technique,  lors des éliminatoires de la CAN 2013. Même cas de figure pour Yatabaré qui revient après une longue absence. Seul hic, les expériences  ont montré que le manager polonais a du mal à supporter les récalcitrants. Celui qui n’a pu gérer les El Hadji Diouf et cie va surement contrôler les «starlettes» maliennes.

07/03 - Championnat national 1 masculin (5ème journée): Une palpitante Douane-Ugb en vedette
Le championnat national de basketball entame ce vendredi 7 mars, sa cinquième journée au stadium Marius Ndiaye avec la rencontre phare qui va opposer l’Asfa à l’Us Gorée, respectivement 4ème et 6ème de la poule A masculin.

Cette rencontre non moins attrayante cédera la place le dimanche entre l’As Douane et l’Ugb. Ce choc, qui est sans doute un «clasico» dans la saison de basketball, oppose les deux prétendants les plus sérieux pour le titre de champion.

Du moins pour ce début de championnat durant lequel l’Ugb et l’As Douanes ont nettement affiché leurs ambitions par la qualité de leur jeu. Après avoir  enlevé le trophée des champions marquant le début du championnat, l’Ugb a encore l’occasion de tester la force de son effectif face à son concurrent le plus sérieux de la poule pour ne pas dire de cette présente saison.

Les hommes de Cheikh Sarr devront donc s’attendre à forte adversité. Les Gabelous qui se sont renforcés avec le rappel de l’international Ibrahima Mbengue et le retour sur le banc de l’entraîneur Moustapha Gaye vont également se jauger.
Ils disposent cette saison d’atouts pour reprendre le titre qu’ils ont perdu la saison écoulée. Et une victoire face aux Etudiants  Saint-Louisiens sera certainement un bon stimulant pour mieux engager le reste de leur parcours.

Dans la poule B, les débats seront tout aussi palpitants entre Hbc et le Duc, championnat en titre. Le leader de la poule, l’équipe de Mermoz Bc va se mesurer à l’équipe de Saint Louis basket club qui pointe à la 2ème place et qui a réussi d’infliger au Dakar université club sa deuxième défaite.

Classée 6ème de la poule B avec deux défaites de rang,  la formation estudiantine  de son côté doit se replacer très vite et rassurer ses nombreux supporters.  

Ce qui passe par une victoire face aux Hlm Basket club qui pointe actuellement à la 4ème place.
Chez les dames, le Dakar université club tentera de conforter sa première place en affrontant samedi à Saint-Louis, l’Université Gaston Berger.   Au même moment,  l’équipe de Saint-Louis Basket Club qui s’est emparé de la 1ère place du groupe B va effectuer le déplacement sur Dakar pour se mesurer à l’Us Ouakam.

Auparavant, l’Asc Ville de Dakar  ouvre la cinquième journée en accueillant ce vendredi au stadium Marius Ndiaye les promues de Guédiawaye BC.

Les Dakaroises seront à la relance après leur défaite face au Duc lors de la 4ème journée.
 

 

07/03 - Gris Bordeaux battu par son ex poulain : Tyson fera-t-il moins qu’Eumeu ?

Tyson ira à l’assaut de Gris Bordeaux le 21 avril 2014. Un combat aux enjeux multiples pour le prochain adversaire de Gris Bordeaux. La question qu’on est tenté de se poser est de savoir si Tyson va suivre le chemin du succès déjà balisé par son ex-poulain Eumeu Sène qui avait pris le meilleur sur le lutteur Fassois. A la recherche d’une victoire depuis 10 ans (y compris sa suspension de trois ans) depuis son succès sur Moustapha Gueye, le 30 mai 2004 par décision des médecins, Tyson est à la peine. Devant Gris Bordeaux, le chef de file Boul Faalé devra vaincre le signe indien. Il s’évertuera à ne pas faire moins que son ex protégé, Eumeu Sène, qui avait réussit à dompter Gris Bordeaux le 6 mars 2011. L’affiche Gris Bordeaux / Tyson est parti pour être un des combats de la saison les plus spectaculaires avec des enjeux multiples pour les deux protagonistes. Deux ténors dans une mauvaise passe qui souhaitent gagner pour rester dans le cercle restreint de ceux qui se réclament être des ténors.

12/03 - Cheikh Ndiaye, gardien de buts des Lions: "J'ai un statut en équipe nationale"

Dans le couloir où sortent les joueurs pour aller sur le terrain boueux de Saint-Leu-la-Forêt, Cheikh Ndiaye trépigne d’impatience, car il sait que sa performance est scrutée et épiée mais surtout parce qu’il ne débute pas souvent les matches en club ou en sélection. Alain Giresse, le sélectionneur national, avait choisi de le titulariser dans les buts de l’équipe nationale du Sénégal qui affrontait le Mali en amical, le 5 mars dernier. C’est une rencontre importante, car étant le premier des deux seuls matches de préparation avant le début, en septembre prochain, des éliminatoires de la Can 2015. Sur le terrain, malgré des situations chaudes, il réalise un « clean sheet ». Une heure plus tard, c’est avec un grand sourire et le sentiment du devoir accompli que Cheikh Ndiaye se représente dans le même couloir – en jeans assorti d’un sweet fashion, le tout couronné par une casquette visée sur la tête – pour regarder la deuxième mi-temps de son équipe. A la pause, Lys Gomis l’a suppléé sur le petit rectangle de jeu. Il faut dire que les occasions de satisfactions du désormais prétendant à une titularisation dans les cages des « Lions » sont plutôt maigres.

Trois matches de L1 en 8 ans
« Cela fait plaisir de retrouver le groupe et le terrain », avoue Cheikh Ndiaye. « Même si c’est un match amical (contre le Mali, Ndlr), c’est une rencontre importante et d’une grande ampleur ». En effet, des rencontres « importantes », le gardien de 29 ans n’a pas eu l’occasion d’en jouer ces derniers temps. A Rennes depuis 2005, le Sénégalais ne totalise que 3 matches en Ligue1 française. On se souvient de sa performance extraordinaire en novembre 2012 face au Psg où il avait grandement participé à la victoire des bretons (2 à 1), réduits à neuf, sur les franciliens. Depuis ce match héroïque, le portier sénégalais n’a joué qu’un match en Ligue 1 et compte des statistiques faméliques en club. Cette saison 2013-2014, Cheikh Ndiaye n’a, pour l’instant, pas participé au championnat français, il se contente de deux tours de Coupe de la Ligue. Au milieu de ce marasme désertique de compétition, les convocations en équipe nationale constituent de véritables orgies pour le boulimique de compétition régulièrement appelé dans le groupe Sénégal depuis le mois d’août 2013, après quelques absences. « Je suis content d’avoir été titulaire, savoure-t-il. Cela s’est bien passé ». En effet, le gardien international sénégalais n’a pas encaissé de but pour ses 45 minutes de présence sur le terrain. Sur l’était d’esprit du groupe, Cheikh Ndiaye informe que les joueurs sont motivés. « Ils ont tout donné. C’était un bon match », avance-t-il. Mais de son cas personnel, celui qui est devenu troisième gardien de Rennes dans la hiérarchie du club breton ne veut pas trop s’éterniser. Il préfère penser collectif. « Tout le monde était prêt. Et l’ensemble du groupe savait que l’équipe allait tourner ». Des questionnements accompagnent sa réaction au moment d’apprendre sa titularisation. Cheikh Ndiaye préfère évoquer une habitude : « Comme toujours, c’est le jour du match que le coach sort les joueurs qui doivent débuter. Et c’est comme cela que j’ai découvert que j’étais titulaire. De toutes les façons, il faut toujours être prêt ».
Sur les conséquences dans l’avenir de cette titularisation surprise et un éventuel nouveau statut au sein de la tanière, Cheikh Ndiaye ne veut pas faire des plans sur la comète. Il adopte même la Carpe Diem attitude tout en rappelant que même s’il n’est pas toujours convoqué en équipe nationale, il a un statut d’ancien.

Titulaire chez les « Lions »
« Que je sois appelé ou pas, j’ai un statut. J’ai de l’expérience et je peux l’apporter pour les jeunes. Donc, titulaire ou pas, je sais que j’ai un statut, répète-t-il à l’envie ». Avec un temps de jeu croissant en club, Cheikh Ndiaye pourrait prétendre à mieux en équipe nationale. En effet, avec Bouna Coundoul, on est loin des cas de gardiens indiscutables de l’équipe nationale du Sénégal comme ce fut le cas de Cheikh Tidiane Seck du milieu des années 80 au début de la décennie 90 ou de Tony Mario Sylva durant les années 2000. Ce qui laisse une fenêtre ouverte pour les autres gardiens, car, jusqu’à présent, les prétendants à l’inviolabilité de la cage des « Lions » n’ont pas fait l’unanimité. « Pour être compétitif, il faut du temps de jeu, rappelle Cheikh Ndiaye comme une lapalissade. C’est vrai qu’en club, quand on ne joue pas, on ne peut pas avoir de matches dans les jambes. Peut être que si j’ai plus de matches en club, cela peut avoir des répercussions en équipe nationale ». En dernier recours, il reste l’hypothèse d’un changement de club pour gagner du temps de jeu. Cheikh Ndiaye en a conscience et ne ferme pas la porte de ce côté.
« Je suis en fin de contrat en juin – juillet prochain, on verra. La porte est ouverte ». D’ici là, la concurrence et les buts de l’équipe nationale du Sénégal sont grandement ouverts.

<< Début < Précédent 107/188 Suivant > Fin >>
wiwsport.com sur votre mobile

Facebook wiwsport.comTwitter wiwsport.comInstagram wiwsport.comGoogle+ wiwsport.comApplication wiwsport.comApplication wiwsport.comContact wiwsport.com

Newsletter wiwsport.com

Recevez chaque jour l'essentiel de l'actu sportive


Derniers résultats

Date 26ème Journée
sam. 18 juin US Ouakam 1-0 Mbour Petite Côte
sam. 18 juin Stade de Mbour 0-0 Niarry Tally
dim. 19 juin Guédiawaye FC 1-2 Jaraaf
dim. 19 juin AS Douanes 1-1 Suneor
dim. 19 juin Casa Sports 0-1 Ndiambour
dim. 19 juin Linguere Saint Louis 3-0 Diambars FC
dim. 19 juin Olympique de Ngor 0-3 US Gorée
Date 26ème Journée
ven. 17 juin Yeggo 0-0 Ndar Gueth
ven. 17 juin Dakar Sacré Coeur 2-1 Etics
sam. 18 juin AS Pikine 0-4 Mbargueth
sam. 18 juin Renaissance de Dakar 1-0 DUC
sam. 18 juin AS Dahra 0-0 Port
sam. 18 juin Cayor Foot 2-1 ASFA
sam. 18 juin Génération Foot 0-0 Teungueth
Date Combat
jeu. 01 janv.
Vainqueur
-
Vainqueur

Application wiwsport.com
 

   wiwTV >>>

Vidéo - Chaud « Face to Face » entre Modou Lo et Gris Bordeau : Ça promet !
Baye Mandione /King Kong : la montagne accouche d'une souris
Lac de Guiers 2 terrasse Yékini
Regardez en direct le combat Yékini vs Lac 2
Coupe du Maire de Dakar: La finale Duc/Ville de Dakar interrompue par une bagarre entre supporters

                                                          +toutes les vidéos



 

Classement Ligue 1

Rang Equipe Pts J. Diff.
1 US Gorée 42 26 +8
2 Jaraaf 39 26 +5
3 Diambars FC 38 26 +7
4 Linguere Saint Louis 38 26 +3
5 Guédiawaye FC 36 26 +4
6 Casa Sports 36 26 +2
7 Niarry Tally 35 26 0
8 US Ouakam 33 26 +1
9 Stade de Mbour 33 26 0
10 Ndiambour 32 26 -8
11 Mbour Petite Côte 31 26 +1
12 AS Douanes 30 26 -7
13 Suneor 30 26 -7
14 Olympique de Ngor 25 26 -9

Classement Ligue 2

Rang Equipe Pts J. Diff.
1 Teungueth 58 26 +29
2 Génération Foot 53 26 +22
3 Mbargueth 45 26 +10
4 Dakar Sacré Coeur 41 26 +7
5 Port 39 26 +6
6 Etics 33 26 -4
7 DUC 32 26 -1
8 Yeggo 32 26 -3
9 AS Pikine 32 26 -5
10 Cayor Foot 32 26 -7
11 Ndar Gueth 30 26 -5
12 Renaissance de Dakar 28 26 -9
13 ASFA 19 26 -17
14 AS Dahra 18 26 -23


Suivez wiwsport.com

Application wiwsport.com